03 avril 2007

L'expression du jour ne casse pas trois pattes à un canard boiteux

Casser_trois_pattes___un_canard_boiteux

   Le canard, animal au demeurant fort sympathique, a de par son allure et ses mouvements caractéristiques donné lieu à de nombreuses comparaisons: ainsi on dit courament marcher ou se dandiner comme un canard, avoir les pieds en canard, être mouillé ou trempé comme un canard; ou bien encore nager ou plonger comme un canard, ce qui signifie au sens figuré "esquiver le danger". Bravo.

    On dit aussi, parce que décidément on en dit des choses, un canard pour désigner un son disgracieux, un couac, une fausse note.

    Prendre un canard, c'est tremper un morceau de sucre dans du café ou de l'alcool. C'est sucré.

    Le canard désigne enfin le mari fidèle, par allusion au canard qui, dans l'eau, nage toujours en couple et qui symbolise du coup la fidélité conjugale dans l'imagerie populaire, ce qui doit être assez dur à porter et interdit le moindre faux pas.

    On dit encore, et en fait c'est ce qui nous intéresse, ça ne casse pas trois pattes à un canard pour exprimer que quelque chose n'a rien de bien remarquable ou d'exceptionnel, ou pour en critiquer la médiocre qualité. Mais qu'on lui casse une de ses trois pattes (il doit pourtant y avoir des manières plus saines d'occupper son temps libre), la pauvre bête estropiée devient un canard boiteux , expression qui désigne une personne inefficace, à laquelle on ne peut se fier, ou bien quelqu'un d'indésirable, un souffre-douleur; l'expression peut encore se rapporter à une entreprise qui rapporte peu ou qui ne vaut rien.

Posté par micmic à 11:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


10 décembre 2006

L'expression du jour est un voïvode livonien visitant Vesoul

coq_en_p_te    Etre comme un coq en pâte, c'est être soigné, choyé, dorloté, c'est avoir toutes ses aises. Charle Nisard écrit dans le Littré: "un coq en pâte est un coq mis à la retraite qu'on engraisse avec force pâtée, qu'on tient captif à cet effet pour le manger, et qui, ayant tout à souhait et étant en repos, profite rapidement".

    "J'étais comme un coq en pâte. On me fêtait. On ne me perdait pas un moment sans me regretter" Diderot, le Neveu de Rameau, 1773.

    "J'aurais voulu le gâter, lui faire bâtir quelque chose, le mettre comme un coq en pâte" Georges Duhamel

    Autrefois on employait également l'expression équivalente coq au panier: "ils lui envoyaient mille présents, comme gibiers ou flacons de vin... Il était traité comme un petit coq au panier" B. Desperiers, Contes.

    Il existe une variante animale qui va dans le même sens: être comme un rat en paille.

Posté par micmic à 19:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2006

L'expression du jour est illégitime du point de vue logarithmique si et seulement si la sinusoïde

politique_de_l_autrucheLA POLITIQUE DE L'AUTRUCHE

  L'autruche est le plus grand oiseau vivant. Le mâle arbore un joli costume noir et blanc, la femelle porte une robe gris-sale; son territoire s'étend dans la savane sur plusieurs dizaines de kilomètres: c'est l'empire de l'autruche en gris (si si).
    La légende veut que, face au danger, l'autruche s'immobilise et enfouisse sa tête dans le sable. On dira donc de toute personne qui refuse de voir la vérité en face, d'affronter le danger, qu'elle pratique la politique de l'autruche (d'après une expression anglaise de la fin du XIX°, "Ostrich policy"). Ou plus simplement qu'elle fait l'autruche. Maupassant évoque également une "pudeur d'autruche".
    "Heureusement, beaucoup n'en n'avaient pas conscience. La politique de l'autruche. Tous plus veules les uns que les autres" (Raymond Guérin, L'Apprenti, 1946).

    Comme beaucoup d'oiseaux, l'autruche avale des caillous pour faciliter sa digestion; cela fit croire qu'elle pouvait avaler n'importe quoi et qu'elle se nourrissait du premier objet venu, d'où l'expression avoir un estomac d'autruche: "Avant lui j'avais jamais rien! [...] Je digérais n'importe quoi!... J'avais l'estomac d'autruche!..." (Louis Ferdinand Céline, Mort à crédit, 1936).

Posté par micmic à 21:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2006

L'expression du jour implique un fléchissement significatif du sterno-cléïdo-mastoïdien dans sa partie médiane

tourn_e_des_grands_ducsLA TOURNEE DES GRANDS DUCS

  En vérité, rien à voir avec le hibou du même nom: l'expression fait allusion aux virées nocturnes que faisaient autrefois (fin XIX° - début XX°) dans les cabarets Montmartrois, les grands ducs de Russie, réputés pour leur penchant à l'ivresse et leur passion pour les plaisirs nocturnes.

Posté par micmic à 14:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 novembre 2006

L'expression du jour est servie cuite à l'étouffée sur un lit d'asperges baignant dans leur sauce gribish

nid_d_aigle3HABITER UN NID D'AIGLE

    L'aigle, individu d'exception, se doit de vivre à des hauteurs où n'atteint pas le commun des mortels: un nid d'aigle est donc une construction en un lieu élevé, souvent escarpé, par allusion à la manie qu'a l'aigle de bâtir son aire au sommet ou aux flancs des falaises.
    Mais l'aigle a d'autres attributs remarquables qui ont fait image dans le langage: avoir un bec d'aigle signifie par exemple avoir un nez droit et légèrement crochu, soit un nez... aquilin. On dit également, mais c'est moins flatteur, un bec de perroquet, ou un bec de faucon.
    Une voix surraigüe et désagréable fait également dire de quelqu'un qu'il crie comme un aigle: "Qu'avez-vous à crier comme un aigle?" (madame de Sévigné)
    Aujourd'hui on dit encore parfois pousser des cris d'orfraie, autre nom du pygargue qui est une race d'aigle particulièrement performante du point de vue (ou plutôt d'ouïe) vocal.
    La plume de l'aigle qui dévore les autres est un expression ancienne qui désignait une personne tirant avantage et profit d'une société.
    Il y eût autrefois un temps béni où l'on disait que l'aigle ne chasse point aux mouches: le proverbe signifiait que l'homme supérieur dédaigne les broutilles et les futilités. Autre proverbe oublié: l'aigle n'engendre pas la colombe, qui signifie que les enfants ressemblent toujours à leurs parents et héritent de leurs défauts et de leurs qualités... Les chiens ne font pas les chats!

Posté par micmic à 23:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2006

L'expression du jour est un chamelier bavarois (deux bosses donc)

oeil_d_aigle2AVOIR UN OEIL D'AIGLE

  C'est bien connu, l'aigle est le seul animal capable de regarder le soleil en face sans lunettes fumées. Avoir un oeil d'aigle c'est donc, comme avoir un oeil de lynx, être doué d'une vue perçante et affûtée. A l'inverse, on est myope comme une taupe.

    Par extension, avoir un regard d'aigle, c'est avoir un esprit clairvoyant et sagace. Un vol d'aigle, c'est alors une grande hauteur d'esprit. Être un aigle, c'est par conséquent être un homme supérieur, un génie: l'aigle est depuis toujours, des armées romaines à Napoléon ou à l'Allemagne nazie, un emblème de la force, de la majesté, de la puissance. "Le plus médiocre jésuite est un aigle chez eux", dit plaisamment Voltaire à propos des Malabars dans sa Lettre au roi de Prusse.

    L'aigle d'une société, d'une situation, c'est ainsi la personne la plus remarquable, la plus brillante d'un groupe.
"Cependant il est [un discours] de chez ma pauvre tante où j'étais l'aigle de la conversation", fanfaronne madame de Sévigné dans une lettre à sa fille madame de Grignan en 1672.
"L'aigle d'une maison n'est qu'un sot dans une autre", affirme Jean Baptiste Louis Gresset (moi non plus je n'en n'ai jamais entendu parler) dans la comédie du Méchant en 1747. Bossuet, lui, est passé à la postérité avec le surnom de "l'aigle de Meaux".

    A l'inverse, lorsque l'on dit de quelqu'un que ce n'est pas un aigle, on use d'un euphémisme poli pour affirmer que la personne en question est étroitement limitée sur le plan intellectuel; Proust emploie l'expression dans la Recherche du temps perdu:"Oriane n'est pas un aigle, mais elle n'est tout de même pas stupide", ou plus loin: "Brichot, qui est loin d'être un aigle, qui est un bon professeur de seconde que j'ai fait entrer à l'institut tout de même".

Posté par micmic à 16:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2006

Passez-moi l'expression: des noms d'oiseaux

Bayer_aux_corneilles

BAYER AUX CORNEILLES

    Bayer aux corneilles ne signifie pas nécessairement s'ennuyer au théâtre; le sens exact est "regarder en l'air d'un air niais, perdre son temps, faire le badaud". Bayer, c'est avoir la bouche bée d'étonnement. Quand à la corneille elle était autrefois considérée comme le gibier le plus insignifiant qui soit (les fauconniers disaient jadis "voler pour corneille" pour "chasser un gibier sans valeur". C'est vrai que c'est pas farouche une corneille). Bayer aux corneilles, c'est donc ouvrir niaisement la bouche, éperdu d'admiration, plongé dans de profondes réflexions métaphysiques, tempête sous un crâne, en contemplant un chose aussi insignifiante que la corneille l'est pour le chasseur. C'est, autrement dit, "regarder les mouches voler".

    Par confusion on écrit souvent "bâiller aux corneilles": avoir un bâillement, ouvrir la bouche par sommeil ou par ennui... Bâiller, quoi, comme vous êtes vraisemblablement en train de le faire suite à cette fastidieuse lecture. "Autant bâiller aux corneilles que de se nourrir de toutes les turpitudes quotidiennes qui sont la pâture des imbeciles" (Flaubert, Correspondance). "Allons, vous! Vous rêvez et bâillez aux corneilles; / Jour de Dieu! Je saurai vous frotter les oreilles!" (Molière, Tartuffe, 1664 comme la bière).

    Autrefois on employait également l'expression "y aller de cul et de tête comme une corneille qui abat des noix". C'était le bon temps. Cela voulait dire s'agiter, s'employer à quelque chose avec un empressement irréfléchi et maladroit comme la corneille qui, friande de noix, s'accroche du bec et des griffes pour secouer les branches du noyer. "Et si faisoit du cul et de la pointe comme une corneille qui abat des noix" (B. Desperiez, Contes).

    On appelait enfin "corneille d'Esope" ou "corneille de la fable" un auteur qui faisait un ouvrage composé de morceaux pris chez d'autres, une personne qui se pare de ce qui ne lui appartient pas, par allusion au fabuliste grec Esope qui, selon une légende malveillante, n'aurait écrit aucune de ses fables (ou comme moi qui fais le crâneur alors que j'ai piqué toutes ces doctes explications dans des bouquins érudits dont je ferai la liste une fois prochaine).

    Voilà, vous pouvez aller en récré.

Posté par micmic à 19:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :