20 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Boris_Vian    Recu hier soir par sms, un message de Boris Vian qui me donne un bon tuyau: "La littérature érotique est une source de revenus fructueuse pour tous les jeunes dessinateurs de talent qui peuvent, en illustrant les classiques du genre, gagner très vite et l'argent et la réputation". Merci
(C'est un ami qui m'a donné la citation, je n'ai pas la référence exacte mais c'est authentique)

Posté par micmic à 15:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


19 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Marlon_Brando    Croisé hier sur les quais, Marlon Brando qui me demande de lui prêter une chemise parce qu'il a déchiré son tee-shirt en s'engueulant avec sa femme un soir de cuite. On ne peut pas être beau, être l'acteur du siècle et avoir des vêtements propres à se mettre. Il y a une justice.

Posté par micmic à 19:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Dalida     Rencontré hier soir au Macumba
Orlando qui s'insurge (avec un fort accent italien et sur l'air de Gigi l'amoroso) "la liberté de la presse... oui, mais pour en faire quoi? Cela fera demain dix-neuf ans, six mois et onze jours que Dalida nous aura quitté. Et personne n'en parle. Evidemment, messieurs les journalistes sont trop occupés par leurs petites élections présidentielles ou leur pseudo guerre du Proche-Orient. Assez de cette presse à sensation;  La France fout le camp."

(Il faut cliquer sur l'image pour la voir plus en détails)

Posté par micmic à 00:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Marguerite_Duras   En me baladant sur internet, j'ai obervé que tout le monde écrit tout le temps "lol". Moi, je ne sais pas ce que ça veut dire "lol". Alors je suis allé voir Marguerite Duras, parce que généralement quand on lit un truc auquel on comprend rien, c'est du Duras. Et en effet, Marguerite m'a éclairé: "Leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'un mot. J'aime à croire, comme je l'aime, que si Lol est silencieuse dans la vie c'est qu'elle a cru, l'espace d'un éclair, que ce mot pouvait exister. Faute de son existence, elle se tait. C'aurait été un mot-absence, un mot-trou, creusé en son centre d'un trou, de ce trou où tous les autres mots auraient été enterrés. On n'aurait pas pu le dire mais on aurait pu le faire résonner. Immense, sans fin, un gong vide, il aurait retenu ceux qui voulaient partir, il les aurait convaincus de l'impossible, il les aurait assourdis à tout autre vocable que lui-même, en une fois il les aurait nommés, eux, l'avenir et l'instant. Manquant, ce mot, il gâche tous le autres, les contamine, c'est aussi le chien mort de la plage en plein midi, ce trou de chair." (Le Ravissement de Lol V Stein, 1964). Lumineux, non? Après, Margot a commandé trois autres whisky, mais c'est pas écrit dans le bouquin.

Posté par micmic à 17:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 novembre 2006

Mais au fait, c'est quoi l'ergastule?

    C'est d'abord un mot très amusant qui ressemble à une formule magique en tchèque médiéval. Mais c'est également LE mot à placer lorsqu'une bonne occasion de briller en société se présente: l'ergastule, c'est le nom que l'on donnait dans l'Antiquité à la prison souterraine où l'on enfermait les gladiateurs et les victimes des jeux du cirque avant qu'ils entrent sur l'arène pour y mourir en grande pompe.
  Un peu comme mes dessins, qui vont devoir se contenter un moment de l'obscurité froide et anonyme de ces pages avant que, peut-être, un heureux hasard les propulse sur la scène éditoriale. Les pauvres images pourront alors y être éreintées par les critiques, dévorées par ces grands fauves assoiffé de sang que sont les directeurs artistiques... Vae victis.

Posté par micmic à 01:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,