19 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Marlon_Brando    Croisé hier sur les quais, Marlon Brando qui me demande de lui prêter une chemise parce qu'il a déchiré son tee-shirt en s'engueulant avec sa femme un soir de cuite. On ne peut pas être beau, être l'acteur du siècle et avoir des vêtements propres à se mettre. Il y a une justice.

Posté par micmic à 19:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Dalida     Rencontré hier soir au Macumba
Orlando qui s'insurge (avec un fort accent italien et sur l'air de Gigi l'amoroso) "la liberté de la presse... oui, mais pour en faire quoi? Cela fera demain dix-neuf ans, six mois et onze jours que Dalida nous aura quitté. Et personne n'en parle. Evidemment, messieurs les journalistes sont trop occupés par leurs petites élections présidentielles ou leur pseudo guerre du Proche-Orient. Assez de cette presse à sensation;  La France fout le camp."

(Il faut cliquer sur l'image pour la voir plus en détails)

Posté par micmic à 00:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 novembre 2006

Carnet mondain: mes rencontres pipoles

Marguerite_Duras   En me baladant sur internet, j'ai obervé que tout le monde écrit tout le temps "lol". Moi, je ne sais pas ce que ça veut dire "lol". Alors je suis allé voir Marguerite Duras, parce que généralement quand on lit un truc auquel on comprend rien, c'est du Duras. Et en effet, Marguerite m'a éclairé: "Leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'un mot. J'aime à croire, comme je l'aime, que si Lol est silencieuse dans la vie c'est qu'elle a cru, l'espace d'un éclair, que ce mot pouvait exister. Faute de son existence, elle se tait. C'aurait été un mot-absence, un mot-trou, creusé en son centre d'un trou, de ce trou où tous les autres mots auraient été enterrés. On n'aurait pas pu le dire mais on aurait pu le faire résonner. Immense, sans fin, un gong vide, il aurait retenu ceux qui voulaient partir, il les aurait convaincus de l'impossible, il les aurait assourdis à tout autre vocable que lui-même, en une fois il les aurait nommés, eux, l'avenir et l'instant. Manquant, ce mot, il gâche tous le autres, les contamine, c'est aussi le chien mort de la plage en plein midi, ce trou de chair." (Le Ravissement de Lol V Stein, 1964). Lumineux, non? Après, Margot a commandé trois autres whisky, mais c'est pas écrit dans le bouquin.

Posté par micmic à 17:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

La mascotte de l'Ergastule

Le_rat     Voilà, c'est lui. C'est un rat. Et oui, nous sommes en prison tout de même. J'ai quelques doutes sur la mise en couleur: je la trouve assez inutile et je préfère le noir et blanc de départ. Qu'en pensez vous? Vos opinions, critiques, conseils, sont les bienvenus.
   Sinon, une mascotte, il lui faut un nom. J'ai pas vraiment d'idée, je lance donc ici officiellement un grand concours Trouver un nom au rat. J'attends vos propositions avec impatience.

Posté par micmic à 16:09 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

13 novembre 2006

Drame, grand reportage et barbecue

Feu1Feu3Feu2Je profite de cette tribune de libre expression pour raconter mon week-end de la Toussaint; je sais bien que ça n'intéresse pas grand-monde, mais comme justement il n'y a pas grand-monde pour venir le lire, ce n'est pas grave. Je suis donc allé passer trois jours chez mes parents à la campagne, près d'Autun, au coeur de la Bourgogne, c'est-à-dire très exactement nulle part. Pour être franc, c'est pas folichon un week-end de Toussaint en Bourgogne. Sauf cette fois, car, vous allez le voir, j'avais rendez-vous avec l'histoire, avec un grand hache. Au terme d'une longue journée de canapé, je m'apprêtais à aller me coucher, faute d'avoir mieux à faire (nous sommes dans le Morvan fin octobre...), lorsque, pris d'un besoin naturel et pressant, je sortis afin de le satisfaire en pleine nature, ce qui est somme toute le plus grand plaisir que la campagne puisse nous offrir. Mais là, stupeur, effroi: j'aperçus une lueur rougeoyante, inhabituelle, qui empourprait de menaces le paisible ciel rural. N'écoutant que mon courage (qui n'était pas des plus bavards), je cours, je vole dans sa direction et j'arrive, en même temps que les pompiers, devant un incendie magistral. Revanche de la nature? Châtiment divin? Non, messieurs, non mesdames... CRIME. C'était en effet la septième grange qui brûlait en deux mois, dans un rayon de 20 km², et toujours dans des conditions analogues... Les experts de l'identification, la police scientifique sont venus sur les lieux. L'enquête de gendarmerie suit son cours.
C'est vrai qu'elle a l'air toute nulle comme ça mon histoire. Mais pour le paysan, c'est des années de travail qui partent en fumée: 700 meules de foin, 4 tracteurs, 1 grange et, le plus sordide, 7 vaches et un taureau qu'il n'a pas eu le temps de faire sortir et qui ont prématurément fini leurs jours sous forme de méchoui. A la mémoire de ces victimes innocentes, je vous propose d'observer une minute de silence devant leur portrait (extrait d'un projet en cours de réalisation).

La_vacheLe_taureau

Posté par micmic à 20:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2006

Qui aurait pu croire?

    Pour moi l'ancestral, pour moi qui vais encore plumer les oies afin d'écrire ma correspondance, que j'envoie par pigeon voyageur (mais les pigeons, c'est une autre histoire, que je vous montrerai plus tard...) pour moi c'est un exploit: ça y est, j'ai réussi l'improbable, je vais pouvoir mettre mes images sur internet! Vive Samuel Morse! Je commence donc avec ce premier album, bientôt dans les bacs: une série d'illustrations sur un troupeau de moutons sagaces et pragmatiques...

    L'histoire est un peu une arlésienne: le texte est en cours d'écriture depuis si longtemps qu'on risque bien de ne jamais le voir. Aussi, si d'aventure quelqu'un s'égare sur ces pages et que l'inspiration l'assaille, qu'il n'hésite pas à me contacter! Et, puisqu'on se laisse aller à rêver... Ami éditeur que la providence aurait conduit ici, sache que ces sympathiques bestioles n'attendent que toi.

avalanche2

Posté par micmic à 02:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

QUI SUIS-JE?

Moi, ma vie, mon oeuvre et ma gueule...

Ma_gueule

Posté par micmic à 01:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :